Cet endroit se trouve à la périphérie de la ville. Prenez le métro (ligne 4) jusqu'à la Porte de Clignancourt. Descendez et dirigez-vous vers le viaduc. Cela peut prendre une minute pour le trouver. En général, les gens vont dans cette direction. Ignorez les vendeurs qui vendent des contrefaçons bon marché. Une fois que vous êtes passé sous le viaduc, juste après la première rue (intersection de la rue Jean-Henri Fabre et de la rue des Rosiers), tournez à gauche sur les Rosiers et sortez de la zone des contrefaçons. Immédiatement, la route est claire et plus reposante. Prenez la première à droite et entrez dans le "vrai" marché aux puces et laissez le shopping commencer ! Toutes sortes d'antiquités, de linge de maison, de meubles... Plus de 300 vendeurs différents. Demandez une brochure qui montre la disposition et les autres endroits dans la rue (bien que celui-ci soit mon préféré). Marche Biron est bien. Il s'agit plutôt d'une galerie d'art haut de gamme. Un peu plus loin, se trouve le Marché Paul Bert. Un mélange de boutiques fines et de plus petits endroits. Nous y avons trouvé une malle LV et deux valises LV, en parfait état, à Mercury Paul Bert. Les valises des années 1970. La malle 1890. Bien sûr, ils n'étaient pas bon marché, mais ils étaient une fraction des prix que nous avons vu. Il y a un lieu d'expédition dans la place commerçante.

Pour l'histoire : En 1885, Romain Vernaison, propriétaire d'un terrain maraîcher sis la commune de St-Ouen, décide de sacrifier quelques plants de salades pour louer une poignée d'arpents à des marchands.